9

Un futur made in Europe

ROME – Au cours des trois dernières années, l'Union européenne, face à l'impératif de calmer les marchés troublé et jeter les bases d'une reprise saine, s’est concentrée essentiellement sur la stabilité financière et la réduction des niveaux de déficits budgétaires et d’endettement. Maintenant, alors que les tensions financières se sont calmées et que la confiance est de retour, les dirigeants européens devraient de nouveau porter leur attention en 2014 sur l'économie réelle et la base industrielle. La réunion de février du Conseil européen des ministres sera un bon endroit pour commencer.

Pour décider de la meilleure voie à suivre, les dirigeants européens devraient consulter le passé. L’investissement dans le secteur manufacturier – historiquement l'un des principaux moteurs de la croissance en Europe – est la clé de la revitalisation de l'économie européenne.

Au cours de la dernière décennie, la politique industrielle a été mise à l'écart en faveur des secteurs financiers et des services. Le secteur manufacturier était considéré comme appartenant au passé, et l'Europe n'est plus considérée comme un endroit approprié pour une industrie compétitive. De nombreux pays européens ont depuis subi une désindustrialisation. La production industrielle en Italie, par exemple, a diminué d'environ 20% depuis 2007.

Néanmoins, le secteur industriel continue à jouer un rôle clé dans l'économie de l'UE, employant plus de 34 millions de personnes et représentant 80% des exportations, tout en fournissant une part importante de l'investissement privé dans la recherche et le développement. La fabrication industrielle affecte donc tous les autres secteurs de l'économie de l'Europe, y compris le secteur des services.