L’indépendance énergétique dans un monde interdépendant

CAMBRIDGE – Lorsque le président Richard Nixon a déclaré, au début des années 1970, qu'il entendait assurer l'indépendance énergétique du pays, les États-Unis importaient un quart de leur pétrole. À la fin de la décennie, à la suite d’un embargo du pétrole arabe et d’une révolution iranienne, la production domestique déclina. Les Américains importaient alors la moitié de leurs besoins pétroliers à un prix 15 fois supérieur, et il fut largement admis que le pays était à court de gaz naturel.

Un certain nombre de chocs énergétiques ont contribué à une combinaison fatale de stagnation de la croissance économique et d’inflation, et tous les présidents américains depuis Nixon ont fixé de même l’objectif de l’indépendance énergétique. Mais peu de gens ont pris ces promesses au sérieux.

Aujourd’hui, les experts de l’énergie ne plaisantent plus. D’ici la fin de cette décennie, selon l’Administration américaine des informations sur l’énergie, près de la moitié du pétrole brut que consomme l’Amérique sera produite sur le territoire national, et 82% proviendra de la côte Atlantique des États-Unis. Philip Vergler, analyste respecté dans le domaine de l’énergie, affirme que d’ici 2023, soit le 50e anniversaire du « projet d’indépendance » de Nixon, les États-Unis seront indépendant sur le plan énergétique, en ce sens qu’ils exporteront plus d’énergie qu’ils n’en importeront.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

Get unlimited access to PS premium content, including in-depth commentaries, book reviews, exclusive interviews, On Point, the Big Picture, the PS Archive, and our annual year-ahead magazine.

http://prosyn.org/glVsj6t/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.