Igor Bilic/Getty Images

Mettre un terme au commerce des instruments de torture

BUENOS AIRES / BRUXELLES / OULAN-BATOR – Ceintures à électrochocs, matraques à pointes et poucettes électriques ne peuvent servir d’autre but que faire souffrir des gens. Mais quoique la torture soit interdite en droit international, les articles de ce genre sont encore produits et vendus, et ils trouvent acheteurs autour du globe.

De même, alors que de plus en plus de pays abolissent la peine capitale, les produits utilisés pour son exécution – systèmes d’injection létale, cocktails de poisons, chaises électriques et chambres à gaz – demeurent sur le marché. Selon Amnesty International, presque 19 000 personnes dans le monde attendent leur exécution, quoique la peine capitale n’ait pas d’effet dissuasif prouvé et qu’elle rende toute erreur judiciaire irréversible.

Si nous voulons sérieusement, au sein de la communauté internationale, mettre un terme à la torture et abolir la peine capitale, nous devons faire plus que de nobles promesses. Il est temps que des actions concrètes rendent beaucoup plus difficile l’acquisition des instruments d’exécution et de torture.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/ERqJFU1/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.