11

Relancer la croissance des pays émergents

HONG KONG – Les pays émergents sont confrontés à de graves difficultés économiques qui nuisent à leur croissance (fulgurante il y a un temps) et affectent leurs perspectives de développement. Leur retour sur la voie de la convergence avec les pays avancés dépendra de leur stratégie face à un environnement économique de plus en plus complexe.

Leur développement n'a jamais été facile ou harmonieux. Mais depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale jusqu'à il y a seulement une dizaine d'années, le chemin qui y menait était relativement clair. Pour y parvenir, chaque pays devait ouvrir son économie à un rythme suffisamment rapide, s'appuyer sur toute la technologie disponible et sur la demande mondiale, encourager les exportations, investir en masse (certains l'ont fait à hauteur de 30% de leur PIB), favoriser les investissements directs étrangers et prendre les dispositions voulues pour faciliter le transfert des connaissances.

Au cours de ce processus, les pays émergents ont réalisé toute l'importance qu'il y avait à laisser fonctionner les mécanismes du marché, à garantir le droit de propriété et à assurer la stabilité macroéconomique et financière. Ils savaient aussi que la création d'emplois (surtout dans les zones urbaines), la modernisation de la production et une politique inclusive devaient constituer des objectifs prioritaires.

Dès qu'ils ont mis en œuvre ce programme, les pays émergents ont rencontré des difficultés et affronté de nombreuses crises, souvent associées à un endettement excessif, au piége du taux de change et à une inflation élevée. En atteignant le stade de pays à revenus moyens, ils ont été confrontés aux piéges qui accompagnent la transition vers le statut de pays à revenus élevés. Néanmoins, dans un environnement international de plus en plus ouvert, caractérisé par une croissance (et une demande) élevée dans les pays avancés, ils ont accompli d'énormes progrès en peu de temps. Mais la situation a complètement changé après la crise financière mondiale de 2008. L'essentiel du programme de développement est resté le même, mais il est devenu beaucoup plus complexe.