1

Les innocents criminels égyptiens

LE CAIRE – « Bachar devrait abandonner le pouvoir et se retirer tranquillement en Égypte. Le procureur général est accommodant avec les meurtriers », me disait un ami en parlant du président syrien Bachar el-Assad, pendant que nous regardions le procès de l’ancien président égyptien Hosni Moubarak qui se déroulait dans l’enceinte de l’académie de police. Alors que Moubarak et l’ancien ministre de l’Intérieur (et de la sécurité), Habib el-Adli, ont été condamnés à la prison à vie à l’issue du procès, six anciens hauts responsables des services de sécurité égyptiens chargés de la répression ont été acquittés.

Hassan Abdel Rahmane, l’ancien chef des tristement célèbres services de la sécurité de l’État, analogue à la Stasi est-allemande ; Ahmed Ramzi, le chef des Forces de sécurité centrales (CSF) ; Adli Fayed, le chef de la Sécurité générale ; et les chefs des services de sécurité du Caire, de Guizeh et du 6 octobre, respectivement Ismaïl Chaer, Ossama Marasi et Omar Faramaoui, ont été entièrement disculpés. Les avocats de Moubarak et d’el-Adli feront appel de la sentence et de nombreux Égyptiens pensent que leurs peines seront atténuées.

Les verdicts de la Cour ont envoyé un message sans équivoque, qui comporte des conséquences de taille pour la transition politique en Égypte. Un cri spontané a été poussé par les familles des victimes et leurs avocats à l’annonce du verdict : « Le peuple veut que le pouvoir judiciaire soit nettoyé ».

En fait, les Égyptiens – dont des juges éminents - sont nombreux à penser que l’appareil judiciaire n’est pas une institution indépendante. « Ce verdict est une erreur professionnelle majeure. Ces généraux auraient dû être condamnés à la prison à vie comme Moubarak » a estimé Zakaria Abdelaziz, l’ancien président élu d’un influent club de juges. « Les massacres se sont étalés sur plusieurs jours et personne n’a donné l’ordre qu’ils cessent. Le ministère de l’Intérieur n’est pas le seul qui doit être purgé. L’appareil judiciaire doit l’être également » a-t-il ajouté.