L'Égypte dans les pensées de la Jordanie

AMMAN – Les actes de la cour royale de Jordanie dans les jours suivant l’annonce officielle de la victoire des Frères musulmans de Mohamed Morsi dans l’élection présidentielle égyptienne révèlent un passage intrigant. Le Roi Abdullah II de la Jordanie a toujours hésité à ratifier une loi électorale attendue depuis longtemps. Sa signature a été suivie de l’adoption de la loi, d’une demande d’amendement et d’une rencontre officielle de dernière minute avec le chef du Hamas.

Au cours de la dernière année, le Roi Abdullah n’a cessé de proclamer que les Jordaniens voteront dans des élections libres et régulières avant la fin de 2012. Des changements constitutionnels ont été adoptés. Une commission électorale indépendante a été constituée en vertu de la législation. Un juriste jordanien respecté qui a siégé à titre de juge de la Cour internationale de Justice a même fait l’objet de remontrances pour avoir laissé traîner en longueur l’adoption de la loi électorale.

Pourquoi donc le Roi a-t-il attendu quatre jours après que les deux chambres du Parlement aient adopté la loi pour qu'elle soit ratifiée et pour quelles raisons a-t-il demandé immédiatement que des amendements y soient apportés ?

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/sl4sMOW/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.