0

L'Egypte a besoin d'un président, pas d'un pharaon

Un débat houleux portant sur les réformes politique secoue actuellement l'Egypte. Emanant de tous les partis d'opposition et de groupes issus de la société civile, il porte essentiellement sur une demande d'amendement de la Constitution de 1971 et d'abolition de l'état d'urgence décrété en 1981après l'assassinat de Sadate.

Ces demandes n'ont rien de neuf. Le président Moubarak et le parti national démocrate qui le soutient s'y opposent depuis le milieu des années 1980. Mais, étant donné la tournure inquiétante prise par les événements en Egypte, dans la région et au-delà, l'exigence de réformes prend maintenant un caractère impérieux,.

Sur le plan intérieur, les 76 ans du président Moubarak et son état de santé sont source de préoccupation. Les rumeurs à ce sujet courent depuis des années, mais elles n'ont été confirmées officiellement qu'en novembre 2003, quand il n'était plus possible de masquer la situation. Alors qu'il s'adressait au Parlement, Moubarak s'est évanoui sous les yeux de millions de téléspectateurs. Bien qu'il soit revenu une heure plus tard pour terminer son discours, les Egyptiens se sont mis à réclamer davantage de transparence, tant en ce qui concerne la santé du président que le fonctionnement de l'État.

En même temps, la détérioration de la situation économique, le taux de chômage élevé et une corruption généralisée ont conduit au désespoir une partie de la jeunesse. Plus de la moitié de la population égyptienne est née sous la présidence de Moubarak. Selon un récent rapport de l'ONU, la moitié des jeunes entre 15 et 30 ans rêvent d'émigrer en Europe, en Amérique du Nord ou en Australie.