0

Edmund Phelps : le parcours d’un génie de l’économie

Le lauréat du prix Nobel d’économie de cette année, Edmund Phelps, est un géant dans son domaine. Ses contributions ont été, et restent, tellement importantes qu’elles ont modifié le cours de la science économique. Selon le SSCI (Social Science Citation Index), il figure en bonne place parmi les économistes les plus importants depuis Adam Smith. Que ce soit dans le domaine de la macroéconomie, de ses fondements micro, de la théorie de la croissance exogène et endogène, de la formation des anticipations et des problèmes d’information et de discrimination, tous les économistes se réfèrent aux travaux de Phelps.

Après des études secondaires brillantes, Phelps s’inscrit au Amherst College du Massachusetts, sans idée précise de la matière qu’il souhaite étudier, ni de la carrière qu’il veut embrasser. Il est passionné par la philosophie, mais cédant à l’insistance paternelle, il choisit l’économie.

Comme c’est souvent le cas, la vocation de Phelps a été déterminée par la rencontre avec un professeur marquant, dans ce cas précis, avec l’économiste de Harvard James Nelson. Après quelques hésitations, Phelps décida de poursuivre ses études à l’université de Yale. Paul Samuelson reconnaît qu’il accepta de donner une conférence à Amherst dans le seul but de recruter Phelps au MIT. Mais Phelps préféra Yale, où il rencontra Thomas Shelling et James Tobin, qui supervisa sa thèse de doctorat.

Phelps passa ensuite un an à la Rand Corporation de Los Angeles avant de retourner à Yale. Puis il enseigna un an au MIT, aux côtés de Robert Solow. Il y rencontra Samuelson et Franco Modigliani. Suivirent quelques années d’enseignement à l’université de Pennsylvanie et enfin Columbia.