Skip to main content

economists Scott Olson/Getty Images

La faute aux économistes?

BERKELEY – Alors que nous assistons aujourd’hui à ce qui ressemble à la baisse historique de l'Occident, cela vaut la peine de se demander quel rôle ont pu jouer les économistes dans les désastres de la dernière décennie.

A partir de la fin de la Seconde Guerre mondiale jusqu'en 2007, les dirigeants politiques occidentaux se sont au moins comportés comme s'ils cherchaient à réaliser le plein emploi, la stabilité des prix, une distribution suffisamment équitable des revenus et de la richesse, ainsi qu’un ordre international ouvert dans lequel tous les pays bénéficieraient du commerce et de la finance. Il est vrai que ces objectifs ont toujours été en tension, de sorte que nous avons parfois mis les incitations en faveur de la croissance avant l'égalité des revenus, et l'ouverture avant les intérêts de travailleurs ou d’industries spécifiques. Néanmoins, l'orientation générale des politiques a toujours été la recherche des quatre objectifs.

Puis est arrivée 2008, l’année où tout a changé. L'objectif du plein emploi est sorti du radar des dirigeants occidentaux, même s’il n'y avait ni menace d'inflation, ni avantages supplémentaires à tirer d'une plus grande ouverture. De même, l’idée de créer un ordre international qui bénéficie à tout le monde a été promptement abandonnée. Les deux objectifs ont été sacrifiés dans l'intérêt de restaurer la fortune des super riches, peut-être dans un lointain espoir que la richesse  « ruisselle » un jour vers le reste de l’économie.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

Get unlimited access to PS premium content, including in-depth commentaries, book reviews, exclusive interviews, On Point, the Big Picture, the PS Archive, and our annual year-ahead magazine.

https://prosyn.org/T3c2lp3/fr;
  1. drew47_Drew AngererGetty Images_trumpgiulianasmiling Drew Angerer/Getty Images

    Will Trump Be Removed from Office?

    Elizabeth Drew

    Assuming the US House of Representatives votes to impeach President Donald Trump, the fact remains that there are far fewer votes in the Senate than will be needed to convict him and remove him from office. But the willingness of Congress – including the Senate – to continue tolerating his dangerous conduct is now truly in question.

    0
  2. rudd9_Darrian TraynorGetty Images_climateprotestburningaustralia Darrian Traynor/Getty Images

    Unsustainable Australia

    Kevin Rudd

    Before the current conservative government came to power in 2013, Australia was well-positioned to make the necessary transition to a low-carbon economy. But now, the country is heading in reverse, and has already fallen behind most developed countries, and even China, on reducing emissions and building resilience against climate change.

    1

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated Cookie policy, Privacy policy and Terms & Conditions