Le Nouvel ordre mondial des économistes

La plupart des économistes académiques s’appuient sur les concepts énoncés au début du vingtième siècle par l’économiste britannique Alfred Marshall, qui disait que « la nature ne fait pas de bond ». Nous nous trouvons pourtant, nous les économistes, de plus en plus perturbés par l’incapacité apparente des outils marshalliens que nous avons développés à expliquer le monde.

L’angle principal de ces outils est d’exiger de faire confiance aux marchés pour résoudre les problèmes que nous créons et de ne pas s’attendre à ce que de petits (et même de gros) changements aient des effets importants. L’avancée technologique qui permettra d’augmenter les salaires des populations éduquées et formées incitera d’autres couches de la population à se former et s’éduquer, restaurant ainsi l’équilibre de sorte que l’inégalité ne soit pas trop importante.

Ainsi, un pays où la productivité du travail est faible deviendra un lieu attrayant pour l’investissement étranger direct et l’augmentation qui en résultera dans le rapport capital-travail relèvera la productivité. Où que l’on regarde, quand on utilise les outils marshalliens, on voit les équilibres économiques remettre les choses en place et revenir à la normale en compensant et atténuant les effets des chocs et des perturbations.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/w6wY8L0/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.