23

Le poids des émotions dans l'économie

NEW HAVEN – Un ralentissement économique constitue souvent une période d'hésitation. Les consommateurs hésitent à acheter une nouvelle maison ou une nouvelle voiture, estimant que leur vieille maison ou leur vieille voiture peut encore répondre à leur besoin pendant un temps. Dans l'attente d'un contexte plus favorable, les dirigeants d'entreprise hésitent à recruter, à déménager leurs bureaux dans un immeuble plus moderne ou à construire une nouvelle usine. Alors dans quelle mesure devons-nous nous préoccuper des conséquences des hésitations qui se manifestent aujourd'hui ?

Hésiter conduit souvent à remettre une décision à plus tard. Quand nous éprouvons un doute, nous préférons réfléchir à deux fois avant de prendre une décision. Pendant ce temps d'autres questions se posent à nous et nous ne parvenons pas à nous décider. Demandez à quelqu'un pourquoi il tarde à agir; vous n'obtiendrez sans doute pas une réponse claire.

Comment se fait-il qu'un tel comportement se répande au point d'entraîner un ralentissement de l'économie ? Les raisons qui poussent à remettre à plus tard des activités qui stimulent l'économie peuvent être difficiles à identifier. On peut cependant formuler quelques hypothèses :

- On peut imaginer que les réactions d'autrui nous font hésiter. L'effet de revenu ou la psychologie des foules peuvent amplifier nos hésitations. Mais il doit bien y avoir un élément plus fondamental à l'origine de notre indécision.