Pedro Molina

La panique a ses limites

COPENHAGUE – Nous entendons souvent parler de la fin du monde tel que nous le connaissons, en général à cause d’un effondrement écologique. En fait, plus de quarante ans après la publication par le Club de Rome des prévisions les plus apocalyptiques qui soient dans le rapport Halte à la croissance ?, les appréciations fondamentales qu’il contient sont toujours présentes dans les esprits . Mais le passage du temps ne lui a pas donné raison.

Le message de ce rapport publié en 1972 était qu’un effondrement dévastateur était imminent. Pourtant, si nous avons depuis lors assisté à des paniques financières, il n’y a pas eu de vraies pénuries ou de chute brutale de la production. Au contraire, les ressources générées par l’ingéniosité humaine restent supérieures à ce que consomme la population mondiale.

Mais le principal héritage de ce rapport perdure : nous avons pris l’habitude d’être obsédés par des remèdes inadaptés à des problèmes essentiellement triviaux, aux dépens des problèmes fondamentaux et des remèdes sensés.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To continue reading, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/9INN7K6/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.