38

Inspirer la croissance économique

NEW HAVEN – Lors de son premier discours inaugural, au plus profond de la Grande Dépression, le président américain Franklin Delano Roosevelt avait adressé cette phrase célèbre aux Américains : « La seule chose que nous devons craindre est la peur elle-même ». Invoquant le livre de l'Exode, il avait ajouté « nous ne sommes frappés par aucune invasion de sauterelles ». Rien de tangible ne causait la dépression ; le problème, en mars 1933, était dans la tête des gens.

La même chose pourrait être dite aujourd'hui, sept ans après la crise financière mondiale de 2008, à propos des nombreux points faibles qui demeurent dans l'économie mondiale. La peur pousse les individus à restreindre leurs dépenses et les entreprises à différer leurs  investissements ; en conséquence, l'économie faiblit, confirmant leur peur et les conduisant à restreindre davantage les dépenses. Le ralentissement s’approfondit et un cercle vicieux de désespoir se met en place. Bien que la crise financière de 2008 soit derrière nous, nous restons coincés dans le cycle émotionnel qu’elle a initié.

C’est un peu comme le trac des comédiens. Ressasser l'anxiété de la performance peut entraîner une hésitation ou une perte d'inspiration. Lorsque la peur se transforme en fait, l'anxiété s’aggrave – et il en va de même de la performance. Une fois qu’un tel cycle commence, il peut être très difficile de l'arrêter.

Selon Google Ngrams, c’est pendant la Grande Dépression – autour de la fin des années 1930 – que le terme « boucle de rétroaction » a commencé à apparaître fréquemment dans les livres, souvent en relation à l'électronique. Si un microphone est placé en face d'un haut-parleur, une perturbation finira par provoquer un hurlement douloureux à cause d’une boucle sonore entre le haut-parleur et le microphone et inversement, qui continue indéfiniment. Puis, en 1948, le grand sociologue Robert K. Merton a popularisé l'expression « prophétie auto-réalisatrice » dans un essai du même titre. Le premier exemple de Merton était la Grande Dépression.