Recession Economic Growth Inequality Peter Werkman/Flickr

Fanatiques, charlatans et économistes

DAVOS – Partout dans le monde la crise maintient fermement son joug sur la politique nationale. D'un scrutin à l'autre, la participation électorale atteint des niveaux historiquement bas. Les politiciens sont universellement honnis. Les partis traditionnels, prêts à tout pour rester d'actualité, sont pris dans un étau, obligés de choisir entre céder aux caprices de l'extrémisme et risquer d'être submergés par des mouvements populistes ou contestataires.

En outre, l'argent n'a jamais eu un rôle aussi déterminant depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, en prenant le dessus sur la puissance des idées. Aux États-Unis par exemple, le bruit des milliards de dollars qui garnissent les coffres des campagnes électorales étouffe les voix des électeurs individuels. Dans certaines parties du monde où l'état de droit est faible, la corruption et les réseaux criminels supplantent les processus démocratiques. Bref, la poursuite de l'intérêt collectif a un charme tristement suranné.

Le problème a commencé à la fin de la Guerre froide, lorsque l'effondrement de l'idéologie communiste en faillite a été complaisamment interprété comme le triomphe du marché. Le communisme une fois écarté, il en alla de même du concept de l'État comme agent autour duquel nos ambitions et nos intérêts collectifs pouvaient s'organiser.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/AL3Zafa/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.