4

Un arc de prospérité pour le Moyen-Orient

PRINCETON – Alors que l'Egypte est au bord de la guerre civile, avec la violence qui gronde et les divisions qui se creusent dangereusement de tous les cotés, il est difficile de déceler une lueur d'espoir au Moyen-Orient ou en Afrique du Nord. La tragédie syrienne se prolonge sans que l'on en voit la fin ; de plus en plus cruels, les attentats sectaires en Irak redoublent d'intensité ; au Liban la paix est de plus en plus précaire ; la Jordanie fait face à un flot de réfugiés ; en Libye les milices veulent faire la loi et perturbent le jeu politique ; la Tunisie est confrontée à une crise politique et la Turquie n'est plus tout à fait le symbole de la démocratie islamique.

Malgré tous ces problèmes, le secrétaire d'Etat américain John Kerry a décidé de donner la priorité à Israël et à la Palestine. Sa justification, "c'est maintenant ou jamais", est très probablement pertinente. Mais il y a une autre raison, tout aussi importante (bien que souvent négligée) : un potentiel extraordinaire favorable à la création d'une zone économique commune Israël-Palestine-Jordanie qui stimulerait la croissance et le développement de toute la région.

Selon l'expression inoubliable forgée par James Carville, le directeur de la campagne de Clinton en 1992, "C'est l'économie, imbécile !" L'incapacité navrante des pays du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord à apporter la prospérité attendue désespérément par leur population est un facteur permanent qui pousse les gens dans la rue. Ce n'est pas le seul facteur, mais la hausse des prix des produits alimentaires a contribué à ce que la ferveur révolutionnaire d'un petit groupe de militants fasse tache d'huile dans une grande partie de la population égyptienne en 2011 et à nouveau en juin cette année - le reproche le plus fréquent adressé  à l'ex-président Morsi étant son indifférence aux besoins de la population plutôt qu'à son idéologie.

Dans ce contexte, Israël et les Territoires palestiniens font figure d'îlot de relative stabilité. D'excellente qualité, les infrastructures israéliennes pourraient facilement être étendues jusqu'à la Cisjordanie et à Gaza si la sécurité pouvait être assurée, alors qu'une nouvelle génération d'entrepreneurs et de créateurs en matière de technologie apparaît des deux cotés de la frontière. Selon le magazine Forbes, des "centaines d'Israéliens et de Palestiniens deviennent partenaires et collègues au sein de startups qui transforment lentement l'économie palestinienne, au moins en Cisjordanie".