L'Abandon des résolutions de Lisbonne

Dès sa prise de fonction au poste de Président de la Commission européenne, Durao Barroso - ancien Premier ministre du Portugal - devra se consacrer de toute urgence à remettre en ordre et à recentrer les politiques économiques de l'Union européenne.

Le dossier le plus épais qui l'attend est celui des résolutions de Lisbonne, un programme ambitieux approuvé en 2000 par les chefs d'État et de gouvernement de l'Union européenne dans le but de faire de l'Union " l'économie la plus compétitive et dynamique " dès 2010. Les principaux champs économiques sont couverts : l'innovation et l'esprit d'entreprise, la réforme des systèmes sociaux et l'inclusion sociale, les compétences et l'emploi, l'égalité des sexes au travail, la libéralisation des marchés de l'emploi et des biens, ainsi que le développement durable.

Il est certain que ce sont là des ambitions valeureuses mais qui appartiennent intrinsèquement à la sphère des décisions politiques nationales. En effet, selon les traités européens, l'Union n'a aucune compétence pour mettre en place un arsenal législatif et politique dans ces domaines, ni le pouvoir de le faire respecter.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/Y4h0zKL/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.