0

Chine aride

ANSHUN, PROVINCE DU GUIZHOU, CHINE – Les chutes de Huangguoshu dans la province du Guizhou au Sud-Ouest de la Chine sont une merveille, quand il y a de l’eau. Plus grande cascade d’Asie, l’eau découle d’une abrupte falaise de plus de 70 m de haut pour retomber dans un grand fracas de mousse, de brume et d’arc-en-ciel.

Malheureusement, cette merveille de la nature fait les frais d’une indignation. Chaque soir, elle est éteinte à l’instar d’une fontaine de jardin. Cette région chinoise, connue pour son climat très pluvieux, ses montagnes, ses fleuves sous-terrains, ses grottes et sa flore tropicale, a récemment été touchée par une sécheresse, qualifiée par beaucoup comme la pire depuis la dynastie Ming.

Donc, une fois que les touristes qui irriguent cette région pauvre avec leurs précieux revenus quittent les terrasses panoramiques en contrebas des chutes, les autorités ferment les vannes du barrage sur le fleuve de l’eau blanche dont le réservoir a atteint un niveau bas très critique, et l’eau cesse de se déverser. Puis, chaque matin, avant l’arrivée des touristes, elles ouvrent les vannes à nouveau sans cérémonie, de sorte que les chutes silencieuses à l’aspect fantomatique renaissent soudainement grâce à un simulacre de normalité.

La perturbation d’une partie si élémentaire de l’architecture naturelle de cette région n’est le reflet que d’un des types d’aberrations climatiques graves – depuis les inondations et sécheresses aux blizzards hors saison en passant par les tempêtes de poussière massives – qui touchent la Chine ces derniers temps. Personne ne peut dire avec certitude quelles en sont les causes.