Paul Lachine

La dérive vers les rapides

LONDRES – On nous dit que nous vivons des temps difficiles, avec de nombreux points d’inquiétudes et peu de certitudes réconfortantes. Mais, au fait, quel était exactement le degré de réconfort des certitudes passées ? 

J’ai grandi dans un monde dans lequel la paix et la stabilité étaient assurées par la menace d’un anéantissement nucléaire global. Mon premier semestre universitaire a coïncidé avec la crise des missiles cubains. L’Est communiste lorgnait par dessus le mur de Berlin sur l’Ouest capitaliste et démocratique. Les deux côtés menaient des guerres par procuration en Afrique et en Asie. Des dizaines de milliers d’hommes et de femmes sont morts au nom de la démocratie au Vietnam, vers lequel les étrangers se précipitent aujourd’hui pour investir leur argent. Des centaines de millions d’hommes et de femmes ont été laissés à la porte de la prospérité en Chine et en Inde par la folie de Mao Tsé-toung et le socialisme malavisé du Parti du Congrès.

Ces temps là étaient-ils vraiment meilleurs ? Et quels sont les gros problèmes qui aujourd’hui devraient nous faire perdre le sommeil ?

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/Z1WlzgS/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.