27

L'âge de l'incompétence

BERKELEY – Le 20 janvier 2017, le président américain élu Donald Trump entrera en fonction après avoir reçu près de trois millions de voix de moins que son adversaire et il collaborera avec un Sénat dont les membres à majorité républicaine ont remporté 13 millions de voix de moins que leurs opposants démocrates. Seule la majorité républicaine à la Chambre des Représentants, dirigée par le président Paul Ryan, jouit de son plein droit à représenter une majorité numérique de 55 % d'Américains qui ont voté le jour des élections de 2016.

Trump investira également sa présidence avec une cote inférieure à 50 %. Cela est sans précédent, ou selon ses propres termes « unpresidented » comme il l'a dit dans un de ses tweets semi-analphabètes (avant de l'effacer), dans l'histoire de telles évaluations. Le gouvernement de la plus vieille démocratie au monde, en fait, n'est pas démocratique. Un autre fait est également sans précédent : celui que si peu de membres du propre parti du président élu (et aucun au sein de l'opposition démocrate), ne le considère comme étant qualifié pour les fonctions de la présidence, en dehors du fait de servir comme Pom-pom girl en chef.

Bien entendu, le phénomène Trump est en gestation depuis longtemps. À l'honorable exception de George H. W. Bush, qui disposait des connaissances, de l'intelligence, du tempérament et des valeurs pour assumer cette charge, la dernière fois qu'un républicain qualifié a été investi dans ces fonctions remonte à 1957. Personne ne nie que Richard Nixon ait disposé des connaissances et de l'intelligence nécessaires pour être président. Mais la plupart des gens reconnaissaient que son tempérament et ses valeurs laissaient à désirer.

De même, la plupart des gens pensaient que Ronald Reagan n'avait pas les connaissances ni l'intelligence requises pour cette fonction. Selon le journaliste Peter Jenkins, l'ancien Premier ministre britannique Margaret Thatcher aurait déclaré à propos de Reagan : « Le pauvre, il n'a rien dans la tête. » Et les qualités dont jouissait Reagan le jour de son investiture se sont érodées au fil du temps, une fois blessé dans l'échec d'une tentative d'assassinat le 69ème jour de sa présidence et plus tard, quand il a commencé à souffrir de la maladie d'Alzheimer.