President Donald Trump Mark Wilson/Getty Images

La folie du roi Donald

WASHINGTON, DC – Un vent de panique souffle sur la capitale des États-Unis. Ces derniers temps, le comportement du président Donald Trump est plus étrange que jamais et la question que se posent les politiciens comme les citoyens, le plus souvent en leur for intérieur, est : Que faire de ce personnage ? Les États-Unis peuvent-ils vraiment se permettre d’attendre les conclusions de l’enquête du procureur spécial Robert Mueller (en supposant qu’il trouve le président coupable d’un quelconque acte criminel) ? Cette procédure risque de prendre du temps pour aboutir.

La question du temps imparti se pose de plus en plus urgemment compte tenu du risque croissant que les États-Unis entrent, délibérément ou accidentellement, en guerre avec la Corée du Nord. En raison de ce risque, couplé à la conduite de plus en plus insolite de Trump, je n’ai jamais connu un climat aussi tendu à Washington, y compris durant les jours sombres du Watergate. Pour le dire crûment : la crainte est qu’un président souffrant de troubles mentaux provoque une guerre nucléaire avec la Corée du Nord.

Rien qu’au cours de la semaine écoulée, les preuves de l’instabilité de Trump se sont accumulées : lors d’une cérémonie dans le Bureau Ovale en honneur des anciens combattants amérindiens de la Seconde guerre mondiale, il les insultés en proférant un commentaire raciste sur la sénatrice démocrate Elizabeth Warren qu’il surnomme Pocahontas. Il a créé une polémique injustifiée et sans précédent avec la Première ministre du Royaume-Uni, supposé être le plus proche allié des États-Unis, en retweetant des  vidéos anti-musulmanes véhiculées par un groupuscule britannique d'extrême droite. Dans l’espoir d’obtenir le vote d’une sénatrice démocrate en faveur de son projet de réforme fiscale, il s’est rendu dans l’État qu’elle représente et a menti sur son bilan (le projet de loi était toutefois tellement biaisé en faveur du 1% des Américains les plus riches qu’aucun sénateur démocrate n’a voté pour). Et il a continué à provoquer le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un, qui semble tout aussi instable.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To continue reading, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/pngvVn7/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.