Donald Trump Brian Cahn/ZumaPress

Les clowns à l’assaut de la politique

NEW YORK – Magnat de l'immobilier, vedette de télé-réalité, comment Donald Trump – alias « Donald » – pourrait-il devenir le prochain président des États-Unis ? L'homme est pour le moins bruyant, grossier, ignorant dans la plupart des domaines, et apparaît quelque peu ridicule coiffé de son postiche blond soigneusement peigné. Même les Républicains les plus fervents voient en lui un vulgaire « clown de rodéo », qualifiant sa campagne de véritable « cirque ». Le Huffington Post considère lui-même la campagne de Trump comme une simple actualité de divertissement. 

Et pourtant, Trump triomphe jusqu'à présent de tous ses adversaires dans la course à la nomination républicaine des présidentielles. Bien que l'univers politique américain se révèle parfois étonnant, la situation est tout à fait inédite. Comment expliquer la popularité de Donald Trump ? Ses partisans électoraux auraient-ils « perdu la tête », pour reprendre l'expression sans doute malhabile du sénateur John McCain ?

De l'avis de ses détracteurs, Trump surferait sur l'instinct primaire d'électeurs déçus, qui haïraient les étrangers (notamment les Mexicains), ne feraient plus confiance aux banquiers (ou plus largement à quiconque aurait suivi des études supérieures), et qui n'accepteraient toujours pas l'arrivée au pouvoir d'un président dont le père était noir. Pour le comédien Jon Stewart, Trump incarnerait l' « identité de l'Amérique », ou du moins celle d'une importante population d'Américains pour la plupart blancs, plutôt âgés, et issus des petites villes du pays.

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/ywTyim4/fr;