1

Non à toujours plus de gouvernance mondiale !

CAMBRIDGE – Tout le monde reconnaît que l'économie mondiale est souffrante, mais apparemment le diagnostic dépend de l'endroit où l'on se trouve.

A Washington, des doigts accusateurs désignent la Chine et sa politique monétaire comme responsables du déséquilibre considérable de la balance commerciale américaine et des pertes d'emplois. Par contre à Séoul ou à Brasilia on se plaint de la politique monétaire ultra-expansionniste de la Réserve fédérale américaine qui entraîne massivement les capitaux spéculatifs vers les pays émergents et soulève le spectre d'une bulle des actifs. Et à Berlin on n'a de cesse d'évoquer  la malhonnêteté des politiques budgétaires et des réformes de structure dans le reste de l'Europe et aux USA.

La responsabilité, cher lecteur, ne nous en revient pas - du fait de la mondialisation, elle incombe à nos partenaires commerciaux !

Aussi confortable que soit pour nous ce point de vue, il n'est pas dénué de fondement. Les économies étant de plus en plus interdépendantes, les décisions prises dans un endroit de la planète ont des répercussions, souvent inattendues dans bien d'autres lieux éloignés.