Gilles Bouquillon/Getty Images

Le traumatisme des Juifs de France

PARIS – « Mort aux Juifs ! » À Paris et dans d’autres villes françaises, ces mots emplis de haine résonnent encore. Plusieurs synagogues ont fait l’objet d’attaques, pour la première fois depuis l’affaire Dreyfus de la fin du XIXe siècle. Au sein des banlieues parisiennes, parmi lesquelles la ville de Sarcelles, pourtant connue pour son climat de tolérance religieuse et ethnique, plusieurs groupes de jeunes ont délibérément pris pour cible un certain nombre de bâtiments juifs.

Confrontée à l’escalade spectaculaire d’un populisme français opposé à l’immigration, et désormais en proie à des manifestations antisionistes (bien souvent synonymes d’une version revisitée de l’antisémitisme), la communauté juive de France est plongée dans l’inquiétude et la perplexité. Plusieurs de ses membres vont même jusqu’à s’interroger en silence sur la question de savoir s’il existerait encore pour eux un avenir au pays des droits de l’homme.

Les Juifs de France redécouvrent ce double traumatisme qu’ils ont connu au XXe siècle : déportation vers les camps de la mort au cours de la Seconde Guerre mondiale, et exil d’Algérie à l’issue de l’indépendance du pays en 1962. Il est à prévoir que ces épisodes passés colorent – et tendent à exacerber – les émotions du présent.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/WEUkNxc/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.