0

La diplomatie du dollar et les décennies perdues du Japon

TOKYO – Un spectre hante le régime de change de la devise chinoise, celui du conflit entre les Etats-Unis et le Japon au sujet de la valeur du yen, qui a duré tout au long des années 1980 et jusqu’au début des années 1990. Ce contentieux n’a pris fin que lorsque l’économie japonaise est entrée dans sa « décennie perdue ». Le cas du Japon est une expérience que la Chine ne souhaite pas imiter.

Bien évidemment, l’histoire – et en particulier l’histoire financière – ne se répète pas exactement de la même manière. Mais les arguments avancés dernièrement concernant le renminbi ont, pour les Japonais en tout cas, un air de déjà-vu.

Aujourd’hui, comme alors, le Congrès américain est le point de convergence de l’ire américaine. Un projet de loi prévoyant des mesures de rétorsion contre la Chine est aujourd’hui examiné par le Congrès, à la suite des pressions exercées par ceux qui pensent que le taux artificiellement bas du renminbi contribue aux déséquilibres mondiaux, et serait en particulier un des facteurs de la balance commerciale déficitaire des Etats-Unis. Ils sont également frustrés par le fait que le département du Trésor américain n’ait pas publiquement dénoncé la manipulation de sa devise par la Chine.

Mais s’il faut tenir compte de l’expérience du Japon, les Chinois ont toutes les raisons de se méfier des pressions américaines concernant le renminbi. En effet, les économistes Ronald McKinnon et Kenichi Ohno ont estimé que les pressions américaines en faveur d’une appréciation du yen étaient la seule et unique raison pour la longue période de déflation et de stagnation de l’économie japonaise – connue sous le nom de « décennie perdue », et qui est aujourd’hui bien partie pour une deuxième décennie.