Vers un meilleur développement

CAMBRIDGE - La nomination de Jim Yong Kim comme président de la Banque mondiale a pu sembler prévisible, étant donné la tradition de longue date faisant de ce choix une prérogative américaine. Mais même le climat de compétition entre Kim et les autres candidats, Ngozi Okonjo-Iweala et José Antonio Ocampo, a servi à révéler un profond fossé dans le champ de la politique du développement, parce que Kim et ses deux rivaux ont nettement représenté des approches différentes.

La vision représentée par Kim est ascendante. Elle se concentre directement sur les pauvres et sur les prestations de services, par exemple d'éducation, de santé et de micro-crédit, destinées aux communautés. La devise de cette tradition pourrait être : « le développement s'accomplit projet par projet ».

L'autre approche, représentée par Okonjo-Iweala et Ocampo, adopte une approche macro-économique. Elle promeut les larges réformes qui affectent l'environnement économique global et se concentre ainsi sur des secteurs tels que le commerce international, les finances, la macro-économie et la gouvernance.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/vQhd2Km/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.