Un avenir pour la croissance ?

MILAN – A quoi pouvons-nous nous attendre à l’heure où l’économie mondiale sort de sa récession la plus grave depuis près d’un siècle ? Tout simplement à une « nouvelle normalité » assortie d’une croissance plus lente, à un système financier fondamentalement plus stable comportant moins de risques, et à un ensemble de défis supplémentaires (énergie, climat et déséquilibres démographiques, pour n’en citer que trois) à échéances variées, qui mettront à l’épreuve notre capacité collective à améliorer la gestion et le contrôle de l’économie mondiale.

A moyen terme, la meilleure conjecture est une croissance plus faible. C’est ce qu’il y a de plus plausible, mais qui peut en être sûr ? La crise financière, qui se transforme rapidement en une récession économique mondiale, découle non seulement de l’incapacité à réagir à une instabilité, à des risques et à des déséquilibres croissants, mais aussi de l’incapacité généralisée avant la crise à « voir » le risque systémique s’intensifier.

Ces grandes caractéristiques détermineront les solutions et les résultats dans les années à venir. Il existe des forces compensatoires. Les pays à forte croissance (la Chine et l’Inde) sont vastes et le deviennent de plus en plus par rapport aux autres pays. Ce seul facteur tendra à élever la croissance mondiale en comparaison à celle d’un monde où les pays industriels, les Etats-Unis en particulier, étaient aux commandes.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/PspYVov/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.