Le capitalisme a-t-il un avenir ?

NEW YORK -ampnbsp; Alors que 2008 tire à sa fin, de nombreux Européens commencent à évoquer la fin du capitalisme. Ils oublient que le capitalisme en Europe a déjà cédé la place – souvent violemment – à l’étatisme et au corporatisme dans les annéesampnbsp;1930, pour n’être ressuscité que dans une poignée de pays dans les annéesampnbsp;1980.

Et pourtant, à la lumière de la crise actuelle – la dernière d’une série de crises que le capitalisme a connu – il est justifié de se demander si, dans les pays où il persiste, les bénéfices du capitalisme, s’ils existent, continuent à l’emporter sur les coûts. Bien que Marx ait avoué une certaine admiration pour le capitalisme, un courant de pensée voudrait maintenant que le bon côté du capitalisme – l’esprit d’entreprise – puisse être implanté dans un nouveau système économique sans le côté destructif auquel le capitalisme est prédisposé.

Le capitalisme a d’abord été apprécié parce qu’il était «ampnbsp;progressisteampnbsp;», comme l’a écrit Marx. Lorsque la productivité a augmenté, sa progression a été constante. En fait, avec l’émergence, pièce par pièce, du capitalisme financier autour de 1820, la productivité a décollé dans un pays européen après l’autre – la Grande-Bretagne, la Belgique, la France, l’Allemagne et l’Autriche. Aux États-Unis, où la productivité avait déjà un train d’avance, elle a progressé encore plus rapidement. Les rares données historiques permettant une analyse suggèrent qu’aux alentours de 1820, les salaires (ajustés à l’inflation avant les annéesampnbsp;1820 et à la déflation après les annéesampnbsp;1820) ont décollé de manière analogue.

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/LmqaRE1/fr;