0

Faites ce que nous avons fait, pas ce que nous disons

Aujourd'hui, de nombreux marchés en développement, de l'Indonésie au Mexique, s'entendent dire qu'il existe un code de conduite auquel ils doivent se conformer s'ils veulent réussir. Le message est clair : voici ce que font les pays industrialisés, et ce qu'ils firent par le passé. Le changement sera difficile, les intérêts particuliers y résisteront, mais avec assez de volonté politique, vous en tirerez tous les bénéfices.

Chaque pays fait la liste des réformes à mettre en place, et chaque gouvernement est tenu responsable en terme de performance. Dans tous les pays, la priorité reste l'équilibre du budget et le contrôle de l'inflation, tout comme les réformes structurelles. Dans le cas du Mexique, par exemple, l'ouverture du marché de l'électricité, que la constitution mexicaine réserve au gouvernement, est devenue la réforme structurelle du jour, que réclame l'occident. Ainsi, les analystes--machinalement, serait-on tenter de dire--font l'éloge du Mexique pour ses progrès dans le contrôle de son budget et de l'inflation, et le critiquent pour son manque de progrès dans le domaine de la réforme de l'électricité.

Ayant été impliqué de près dans la définition des politiques économiques aux États-Unis, j'ai toujours été surpris par les divergences entre les politiques que l'Amérique soutient auprès des pays en développement et celles qu'elle pratique pour elle-même. L'Amérique n'est pas la seule non plus à faire cela : la plupart des autres pays développés ou en développement qui sont économiquement performants poursuivent eux aussi de telles politiques « hérétiques ».

Par exemple, les deux principaux partis politiques américains acceptent maintenant la notion qu'un pays entré en récession doit s'accorder la permission, et doit même désirer , de fonctionner avec un déficit budgétaire. Pourtant, partout dans le monde, les pays en voie de développement s'entendent dire que les banques centrales doivent se concentrer exclusivement sur la stabilité des prix. La banque centrale américaine, la direction de la Réserve Fédérale, possède tout pouvoir pour équilibrer la croissance, l'emploi et l'inflation--et c'est un pouvoir qui lui apporte le soutien populaire.