Un plan B pour les banques centrales ?

SINGAPOUR – Un an que la crise financière mondiale bat son plein et il est extraordinaire de constater que plusieurs banques centrales sont toujours en proie à l’instabilité des secteurs financiers privés de leur pays. Jusqu'ici, la stratégie consistant à maintenir les systèmes bancaires en vie par des crédits de courte durée payés par les contribuables demeurait valable, mais les banques centrales devraient finalement y couper court si elles ne veulent pas se retrouver en soins intensifs quand leurs bilans crouleront sous les pertes.

On a de plus en plus de mal à croire que les grandes économies mondiales sont simplement confrontées à une panique de courte durée. Après une brève période de profits et de croissance considérables, l'industrie financière semble désormais face à une période de consolidation et d’élagage. Les banques faibles doivent pouvoir sombrer ou fusionner (avec des déposants ordinaires payés par les fonds d'assurance gouvernementaux) pour que les banques fortes puissent se revigorer.

S’il s'agit d'un bon diagnostic de la « crise financière », les efforts pour bloquer une dynamique saine et normale ne feront que prolonger et aggraver le problème. En empêchant la consolidation nécessaire, on affaiblit les marchés du crédit au lieu de les renforcer.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/0wc3goG/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.