1

Sécuriser les jeux de Sotchi

MOSCOU – En 2007, lorsque le président russe Vladimir Poutine se rendit à Guatemala City pour soutenir la candidature de Sotchi aux jeux olympiques d’hiver de cette année, il savait que la victoire serait l’étape la plus facile du processus. Les plaisanteries sur cette candidature russe qui proposait une station balnéaire subtropicale pour les jeux d’hiver n’ont pas manqué. Les inquiétudes concernant le manque de neige sur les pentes des montagnes environnantes ou la capacité de la Russie à réaliser les infrastructures nécessaires dans le temps imparti se sont progressivement estompées depuis l’octroi des jeux à la Russie, mais une appréhension majeure demeure : celle de la menace terroriste.

La ville de Sotchi est située dans la région du Nord Caucase, qui connaît depuis la dissolution de l’Union Soviétique une longue et impitoyable insurrection armée en Tchétchénie, et au Daguestan voisin, en particulier, progressivement devenu un foyer d’extrémisme et de terrorisme islamiste. En fait, Poutine a obtenu un très large soutien de la population russe pour sa gestion décisive et brutale du séparatisme dans le Nord Caucase – soutien qui avait alors convaincu le président de l’époque Boris Eltsine de nommer Poutine en tant que son successeur en 1999.

Une fois en poste, Poutine – grâce à sa victoire politique et à sa politique de réconciliation – est parvenu à pacifier la Tchétchénie en la réduisant plus à une seigneurie féodale associée à la Russie qu’à un membre à proprement parlé de la Fédération de Russie. En conséquence, depuis douze ans, la paix règne avec – et à l’intérieur de – la Tchétchénie.

Le terrorisme s’est avéré un défi bien plus tenace. Dans les derniers temps de la guerre en Tchétchénie, des centaines de personnes ont été prises en otage dans un théâtre de Moscou par des terroristes du Nord Caucase en 2002. De même, en 2004, des centaines d’enfants dans une école de Beslan en Ossétie du Nord ont été pris en otage par un groupe armé. Ces deux attaques ont entrainé la mort de 500 personnes.