0

L'Asie divisée

Pourquoi l'Asie ne peut-elle s'unifier même quand sa propre sécurité est en jeu ? Pendant des décennies, les experts occidentaux se sont plaints de l'incapacité de l'Association des Nations de l'Asie du Sud-Est (ASEAN ou ANASE) à apprendre les vertus de la sécurité collective grâce à l'expérience de l'Europe au sortir de la Seconde guerre mondiale. Les leaders de l'ASEAN ont ignoré les leçons proposées par le Marché commun dans un premier temps puis par l'Union Européenne. Les avantages de ces modèles sont censés être si évidents qu'il semble incompréhensible que les leaders de l'ASEAN ne puissent les assimiler.

La confusion apparente de l'Asie orientale au sujet de la réponse à apporter à la démarche nucléaire de la Corée du Nord fait remonter ces critiques à la surface une fois de plus. Une Corée du Nord en possession d'armes nucléaires représente assurément une menace globale pour tous les pays asiatiques. Tout le monde devrait, dit-on, aider les États-Unis à remettre Kim Jong Il à sa place. Le fait que les voisins immédiats de la Corée du Nord se montrent incapables de comprendre cela semble confirmer que la désunion asiatique n'est pas seulement stupide mais également permanente et délibérée.

L'histoire et la géographie jouent un rôle important dans l'analyse d'un danger. Des traditions de pensée tactique et stratégique différentes comptent également, sans parler de la façon unique dont les Européens ont bâti leur coopération actuelle à partir de nations agressives qui partageaient une culture commune.

Toutefois, rien dans l'histoire de l'Asie ne peut soutenir de près ou de loin la comparaison avec le demi-siècle de division européenne et d'occupation par deux super-puissances rivales. Il n'est donc pas surprenant que les dirigeants asiatiques ne regardent pas vers l'Europe pour trouver des solutions à leurs problèmes locaux.