Colorado farmer Helen H. Richardson/Getty Images

Repenser la mobilité de l’emploi

PRINCETON – L’année écoulée restera dans les mémoires comme une période de révolte contre ce que le président élu américain Donald Trump se plaît à qualifier de mondialisme. Les mouvements populistes ont ciblé les « experts » et les « élites » qui se demandent aujourd’hui comment ils auraient pu gérer différemment ces forces que sont la mondialisation et l’innovation technologique.

Le consensus qui s’est fait jour est que les populations et les communautés déplacées par ces forces devraient être dédommagées, peut-être même au moyen d’un revenu de base inconditionnel. Mais cette stratégie comporte de nombreux dangers. Il est probable que des individus rémunérés pour des tâches vides de sens, ou pour aucun travail du tout, deviennent encore plus déconnectés et marginalisés. Des régions subventionnées uniquement parce qu’elles sont en perte de vitesse pourraient revendiquer une plus grande autonomie et ensuite devenir vindicatives lorsque les conditions ne s’améliorent pas.

De simples transferts monétaires ne sont donc pas suffisants. Les êtres humains sont ingénieux et adaptables, mais seulement dans certaines circonstances ; nous devons par conséquent continuer à rechercher des occasions durables qui permettent à chacun de contribuer de manière créative et utile à l’économie. A cette fin, nous devons nous tourner vers l’histoire et étudier le sort des « perdants » des précédentes périodes de mondialisation technologique rapide.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

Get unlimited access to PS premium content, including in-depth commentaries, book reviews, exclusive interviews, On Point, the Big Picture, the PS Archive, and our annual year-ahead magazine.

http://prosyn.org/WdzU55n/fr;

Handpicked to read next

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.