0

Dissiper l’orage terroriste

VARSOVIE – Le 11 septembre 2001 à 15 heures, heure de Varsovie, j’étais au téléphone avec la Consule Générale de Pologne à New York. Elle m’informait du crash de deux avions sur le World Trade Center. J’ai alors pris conscience que ce n’était pas un simple accident d’avion. Les Etats-Unis, le monde, nos vies même, allaient être fondamentalement modifiées.

Dix ans plus tard, il est clair que les fanatiques à l’origine de ces attaques se sont trompés sur deux points fondamentaux. Ils pensaient que les démocraties occidentales étaient faibles – peu disposées ou incapables de répondre à cet extrémisme malfaisant. Et ils espéraient que les communautés et les pays musulmans partout dans le monde se soulèveraient et se mobiliseraient derrière leur vision millénariste du monde.

Mais, loin d’être fragile ou indécis, le monde démocratique a répondu avec une détermination sans faille aux affronts terroristes, de quelque nature ou envergure qu’ils soient. A travers l’Europe et en Amérique, de nouveaux arrangements ont été mis en place pour mutualiser les informations sur de possibles attaques terroristes et pour agir rapidement (et parfois avec fermeté) afin de les éviter ou les faire capoter. Nous avons collaboré étroitement, lorsque cela a été possible, avec l’Inde, la Russie, le Pakistan, les Etats du Golfe, et d’autres partenaires internationaux clé.

Les institutions et les politiques mises en place par l’Union Européenne constituent des exemples flagrants des bénéfices discrets de l’intégration transfrontière moderne. Les services de police et de renseignements des états membres de l’UE partagent plus que jamais des informations hautement sensibles, améliorant ce faisant la sécurité des populations tout en respectant les standards démocratiques et légaux internationaux.  Ces mesures opérationnelles ont été complétées par des politiques soigneusement calibrées et destinées à prendre en considération la diversité sociale tout en réduisant l’espace politique disponible à l’intolérance et au sectarisme.