Les heures les plus sombres de la diplomatie

MADRID – La diplomatie ne vit pas ses heures les plus faciles. Loin de là : les solutions diplomatiques se voient opposer des résistances dans la plupart des conflits majeurs actuels.  

L’Afghanistan continuera de saigner jusqu’à ce que les alliés réalisent enfin que la seule manière de mettre fin à la guerre est de dialoguer avec les talibans. Mais l’occident devra aussi admettre que les conflits qui portent en eux un puissant aspect culturel et religieux ne peuvent absolument pas se régler par la solution militaire – une prise de conscience qui permettrait de mettre fin à l’ostracisme de l’Islam politique représenté par des groupes comme le Hamas et le Hezbollah, par exemple.

Dans le même temps, la course effrénée de l’Iran pour développer l’arme nucléaire pourrait traduire l’échec monumental des tentatives de la communauté occidentale pour enrayer le mouvement atomique dans la région. Le conflit israélo-palestinien est toujours cette même farce diplomatique qu’il est depuis de nombreuses années. Et rien n’a permis d’atténuer les tensions entre Israël et ses deux voisins, Syrie et Liban.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/8tc0nAo/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.