0

Rêves numériquesDigital Dreams

Quelques années auparavant, une entrepreneur Internet locale a été arrêtée au Ghana, ses employés ont été emprisonnés et son matériel informatique confisqué. Son crime ? Avoir permis aux consommateurs de téléphoner à moindre coût sur Internet.

Les démêlés de cette femme d'affaires avec la justice symbolisent en grande partie la raison pour laquelle, en plus de revenus faibles, il est tellement difficile de combler le soi-disant « fossé numérique » entre les pays riches et les pays pauvres. Ce n'est pas une question de matériel ou de connaissances locales. Non, ce fossé résulte en grande majorité de politiques nationales qui interdisent l'utilisation d'Internet et de la technologie.

Bien qu'il ne faille pas exagérer les avantages d'Internet, il permet toutefois de réduire les frais des entreprises, d'augmenter l'accès à l'information et de créer des opportunités. Les pays en voie de développement sont ainsi confrontés à un choix sans ambages : tirer parti des nouvelles technologies pour stimuler la croissance économique et accroître la productivité, ou se laisser davantage distancer par les entreprises et les consommateurs des pays riches qui adoptent de plus en plus les avancées numériques.

Les menaces et les opportunités que représentent les nouvelles technologies pour les pays en voie de développement font l'objet d'un vaste débat. Mais les méthodes utilisées par les gouvernements des pays en voie de développement pour exacerber le fossé par le biais de leurs propres politiques réglementaires sont bien moins comprises.