Le Diagnostic comme politique publique

Quand on pense au diagnostic médical, on pense habituellement en termes scientifiques. Les idées reçues (et précises) sont que les maladies sont nommées et classifiées sur la base de la recherche scientifique. Par exemple, les révisions de la Classification internationale des maladies (CIM) de l’Organisation mondiale de la santé, faites tous les dix ans à peu près, reflètent en partie les avancées de la compréhension médicale des maladies et traumatismes.

Le catalogage et la désignation des maladies sont les conditions de la recherche scientifique ainsi que leur produit. En effet, comment les médecins peuvent-ils expliquer et contrôler les maladies sans un langage commun pour le phénomène qu’ils observent ? La CIM comprend la totalité des maladies et traumatismes humains et ses mises à jour reflètent les meilleures connaissances de pointe et définit également les conditions de la vague suivante des avancées médicales.

Cependant, la classification formelle des maladies possède un autre aspect, qui concerne diverses fonctions sociales d’importance. Elle fournit un ensemble de noms de maladies et de codes numériques pour affecter et suivre les services et dépenses en matière de santé. Les gouvernements, les compagnies d’assurance et les patients utilisent ces noms et ces codes dans leurs comptabilités et leurs budgets.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/EJdoIpO/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.