Skip to main content
sinn85_Jenny MatthewsIn Pictures via Getty Images_brexit protest Jenny Matthews/In Pictures via Getty Images

Laissons les électeurs décider du Brexit

MUNICH – On a cru, un temps, que la Première ministre britannique et les soutiens de son gouvernement au Parlement pourraient à eux seuls trancher la question du Brexit. Au fil d’une longue série de votes tactiques sur toutes sortes de questions de second plan, laissant pendre comme une épée de Damoclès au-dessus des têtes des députés la perspective d’un Brexit « dur » sans accord, le gouvernement May a tenté de manipuler l’issue du référendum sur la sortie du pays de l’Union européenne. Pendant longtemps, sa méthode a dupé les citoyens britanniques et européens.

Mais aujourd’hui, le vent tourne. Le président de la Chambre des communes, John Bercow, et les 27 autres États membres de l’Union européenne ont mit un terme à ces menées indignes, contraignant le gouvernement et le Parlement à décider.

Selon le rappel de la jurisprudence effectué le 18 mars par le président des Communes, le gouvernement ne peut pas proposer une nouvelle fois au Parlement l’actuel accord de retrait du Royaume-Uni hors de l’Union européenne pour éviter un Brexit dur. Et si l’UE a reculé la date butoir de la sortie des Britanniques au-delà du 29 mars, elle n’est pas disposée à retoucher l’accord.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

Get unlimited access to PS premium content, including in-depth commentaries, book reviews, exclusive interviews, On Point, the Big Picture, the PS Archive, and our annual year-ahead magazine.

https://prosyn.org/oPsxu8H/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated Cookie policy, Privacy policy and Terms & Conditions