Paul Lachine

Promouvoir différemment la démocratie

Cambridge – Le Président George W. Bush était célèbre pour proclamer qu’un des fondements de sa politique étrangère était de  promouvoir la démocratie. Il n’était pas le seul à soutenir ce genre de discours. La plupart des présidents américains depuis Woodrow Wilson ont fait de même.

La Secrétaire d’Etat Hillary Clinton a donc créé l’étonnement lorsque, devant le Congrès américain au début de cette année, elle a annoncé les “trois D” de la politique étrangère américaine : défense, diplomatie, et développement. Le “D” de démocratie brillait par son absence, suggérant ainsi un changement de politique de la part de l’administration de Barack Obama.

Bill Clinton et George W. Bush ont souvent fait référence aux bienfaits de la démocratie sur la sécurité. Ils ont cité des études de sciences sociales montrant que les démocraties se font rarement la guerre entre elles. Mais ce que les spécialistes démontrent, de façon plus implicite, c’est que les démocraties libérales ne se font presque jamais la guerre entre elles et donc qu’une culture constitutionnelle libérale serait plus intéressant que le simple principe des élections.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/tOcUPU2/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.