La Démocracie dans l’Amérique du Tea Party

BERKELEY – En 1835, le politicien français et philosophe moral Alexis de Tocqueville avait publié le premier volume De laDémocratie en Amérique, parce qu’il était convaincu que la France courait un grand danger et avait beaucoup à apprendre de l'Amérique. Dès lors, on ne peut que se demander ce qu'il aurait conclu de la Convention nationale républicaine qui s’est tenue à Tampa, en Floride.

Pour Tocqueville, la capture du pouvoir centralisé par les monarques absolutistes bourbons, suivie par la Révolution française et l'Empire de Napoléon, avaient détruit autant le bon que le mauvais au sein de l’ordre néo-féodal français. Des décennies plus tard, le nouvel ordre était encore en pleine évolution.

Dans l'imagination de Tocqueville, au moins, les sujets de l'ordre ancien avaient cherché à protéger leurs libertés particulières et leurs sphères d'indépendance. Ils avaient compris qu'ils étaient intégrés dans un réseau d'obligations, pouvoirs, responsabilités et privilèges, aussi grand que la France elle-même. Parmi les Français de 1835, toutefois, « la doctrine de l'intérêt » avait produit « un égoïsme ... non moins aveugle. » Après avoir « détruit l'aristocratie », les Français étaient « enclins à observer ses débris avec complaisance. »

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/FLBUOT0/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.