0

La Démocratie déconnectée

par Ralf Dahrendorf

La démocratie en tant que gouvernement élu par le peuple va mal et ce à travers le monde entier. En un sens, le peuple a perdu la foi dans les élections démocratiques.

Le taux de participation régresse dans de nombreux pays : pour les élections européennes, le niveau de participation électoral est ridiculement faible, au point que la légitimité des résultats pourrait être remise en cause. Au-delà du taux de participation, nous avons pris l'habitude d'accepter que des partis ou des candidats qui recueillent 25% du vote populaire sortent « vainqueurs » du scrutin. Des Pays-Bas à la Finlande, en passant par l'Argentine et le Japon, des gouvernements majoritaires sont formés avec un soutien minoritaire.

Les exceptions apparentes ne représentent pas plus cependant une preuve du contraire. Peu de présidents américains sont soutenus par plus de 10% de la masse électorale : la moitié de la masse électorale américaine, en fait, n'est même pas inscrite sur les listes électorales, et la moitié des inscrits ne votent pas. Parmi ceux qui votent, moins de la moitié vote pour le candidat élu. Même Tony Blair et sa victoire écrasante à la Chambre des Lords du parlement britannique repose sur une base affaiblie : les travaillistes n'ont recueilli qu'un peu plus de 40% des votes avec un taux de participation électorale de 60% aux dernières élections de 2002. Ainsi, seuls 24% de la masse électorale soutient le parti de M. Blair.