La Démocratie commence à la maison

Le gouvernement Bush a placé au cœur de sa politique étrangère l’expansion de la démocratie. C’est là une cause bien plus noble que de simplement étendre l’hégémonie américaine. Reste à savoir si M. Bush est sérieux et comprend réellement ce que veut dire le mot démocratie.

Le gouvernement Bush a félicité l’Arabie saoudite suite aux récentes élections municipales, mais qu’en est-il des droits des femmes, dont le droit de vote notamment ? Il a accueilli avec plaisir (s’il n’y a pas participé directement) le renversement du leader vénézuélien pourtant élu démocratiquement, mais il continue de soutenir le dictateur militaire au pouvoir au Pakistan. Il critique le président Poutine, mais seulement quand celui-ci s’attaque à ses intérêts économiques. Et il s’inquiète de la concentration des médias en Russie mais reste silencieux sur la concentration des médias en Italie.

Tout ceci est entaché d’hypocrisie au sens fondamental du mot. Le gouvernement Bush a raison de mettre l’accent sur l’importance des élections, sans lesquelles la démocratie ne se conçoit pas. La démocratie implique cependant plus que des élections périodiques et la légitimité de ces élections dépend de la confiance du public dans le processus électoral lui-même. Dans cette optique, les deux dernières élections présidentielles américaines ne représentent que de pauvres exemples pour le reste du monde.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/cxpPEZ8/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.