Défier le syndrome du jardin d’Eden

ACCRA – Lorsque vous arrivez en avion au-dessus de Takoradi, la quatrième ville du Ghana et un centre industriel et commercial, l’une des premières choses que l’on observe sont les forages pétroliers le long de la côte. C’est un panorama de plus en plus caractéristique de l’Afrique d’aujourd’hui.

Tout près de là, dans la ville d’Elmina, on peut voir les cicatrices du passé. Un sentiment inquiétant vous assaille même après la fin de la visite des cachots du tristement célèbre château d’Elmina, centre névralgique de l’ancien commerce d’esclave d’Afrique de l’ouest.

Le mois dernier au Ghana, j’ai rencontré des ministres qui me parlaient des impressionnants chiffres des progrès que le pays a fait pour atteindre les Objectifs de Développement du Millénium. Certains dirigeants traditionnels, des universitaires, des représentants de la société civile et des étudiants, par contre, se préoccupaient plus de savoir si les nouvelles richesses pétrolières allaient effectivement bénéficier aux citoyens ordinaires.

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/kt2PnSX/fr;