forest Jordan Siemens/Getty Images

Reboiser la planète

OXFORD – L’humanité a toujours entretenu une relation complexe avec les forêts. Elle en dépend pour réguler le climat et les précipitations, épurer l’eau et l’air, assurer la subsistance de myriades de plantes et d’animaux et de plus d’un milliard de personnes. Et pourtant nous continuons à les détruire, à tel point qu’il ne subsiste plus que la moitié du couvert forestier originel dans le monde.

Le coût de la déforestation ne saurait être exagéré. Au cours de leur croissance, les arbres absorbent de vastes quantités de dioxyde de carbone, ce qui a une incidence bénéfique directe sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre, produits par les véhicules, les usines, les centrales thermiques et le bétail, et responsables du changement climatique. Si nous continuons à détruire le couvert forestier, il deviendra impossible de réaliser l’objectif fixé par l’Accord de Paris sur le climat : stabiliser le réchauffement climatique nettement en dessous de 2°C d’ici à 2050 (par rapport aux températures de l’ère préindustrielle). En fait, il sera nécessaire, pour atteindre cet objectif, de restaurer une grande partie des milieux forestiers qui ont déjà disparu.

Le reboisement peut se concevoir de deux manières. La première est de laisser des terres agricoles à l’abandon et attendre qu’elles retournent à l’état de forêt. Cette approche est peu coûteuse, mais elle s’étale sur des décennies. La deuxième option est plus proactive : planter des milliards de nouveaux arbres.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

Get unlimited access to PS premium content, including in-depth commentaries, book reviews, exclusive interviews, On Point, the Big Picture, the PS Archive, and our annual year-ahead magazine.

http://prosyn.org/60gY7ub/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.