Dette et démocratie

PRINCETON – La crise de la dette souveraine de l'UE est une menace fondamentale, non seulement pour l'euro, mais aussi pour la démocratie, notamment en ce qui concerne l'obligation des dirigeants de répondre de leurs actes devant les citoyens. Pour l'instant cette crise se limite à des pays relativement petits comme la Grèce, l'Irlande et la Hongrie. Mais il semble que leurs gouvernements n'ont pas respecté des aspects fondamentaux du contrat démocratique.

La présidence tournante de l'UE va mettre ces pays sous les projecteurs de l'actualité. C'est maintenant au tour de la Hongrie d'être à la barre - au moment où un débat fait rage sur les modifications de la Constitution entreprises par le Premier ministre Victor Orban et sur la suppression de la liberté de la presse, tandis que le pays connaît un regain de préoccupations quant à sa situation financière.

La Hongrie a bien des raisons d'être attentive aux conséquences politiques de la dette. Elle détient toujours le record mondial d'hyperinflation - sa devise s'étant dépréciée dans un rapport de 1027 dans les années 1940, ouvrant ainsi la voie à la dictature communiste.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/5FGIz65/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.