Dette, dictature et démocratisation

NEW YORK – Après la chute de Saddam Hussein, les Etats-Unis sont parvenus à convaincre  avec succès ses créanciers d’effacer les dettes extérieures de l’Irak. Les hauts responsables américains, y compris Paul Wolfowitz, qui devait plus tard prendre la direction de la Banque Mondiale, ont argué du fait que le peuple irakien ne devrait pas être enchainé par des obligations contractées par le dictateur à seules fins de s’enrichir et d’oppresser ses sujets. Rappelant une vieille doctrine du droit international, les partisans d’un effacement de la dette ont déclaré que la dette irakienne était « odieuse. » En conséquence de quoi, les créanciers n’étaient plus protégés par les règles juridiques internationales.  

A l’heure où un changement politique balaie une fois encore le Moyen-Orient, la question d’une dette odieuse refait surface. Mais toute dette contractée par un précédent régime oppressif ne peut, pour cette seule raison, être cataloguée « d’odieuse. » La question est la suivante : quels montants de ces sommes ont été imputés à des projets de développement méritoires, et quels montants ont au contraire permis de soutenir le régime et d’emplir les poches de ses dirigeants ?  

Dans le cas de l’Égypte, par exemple, le ministre de la coopération économique, Faiza Abu al-Naga indiquait en janvier que Moubarak contrôlait lui-même la politique des prêts étrangers du pays et « surveill[ait] l’intégralité du processus. » Même si cela est vrai, il se peut que rien d’illégalement répréhensible ne caractérise un tel arrangement. Car les prêts et l’aide accordés à l’Égypte par les Etats-Unis et d’autres puissances occidentales sont depuis longtemps étroitement liés à la géopolitique, et utiliser les outils de la finance pour soutenir un allié loyal dans une région instable n’est, à proprement parlé, ni odieux ni illégitime.

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/BsvnZeY/fr;
  1. China corruption Isaac Lawrence/Getty Images

    The Next Battle in China’s War on Corruption

    • Chinese President Xi Jinping knows well the threat that corruption poses to the authority of the Communist Party of China and the state it controls. 
    • But moving beyond Xi's anti-corruption purge to build robust and lasting anti-graft institutions will not be easy, owing to enduring opportunities for bureaucratic capture.
  2. Italy unemployed demonstration SalvatoreEsposito/Barcroftimages / Barcroft Media via Getty Images

    Putting Europe’s Long-Term Unemployed Back to Work

    Across the European Union, millions of people who are willing and able to work have been unemployed for a year or longer, at great cost to social cohesion and political stability. If the EU is serious about stopping the rise of populism, it will need to do more to ensure that labor markets are working for everyone.

  3. Latin America market Federico Parra/Getty Images

    A Belt and Road for the Americas?

    In a time of global uncertainty, a vision of “made in the Americas” prosperity provides a unifying agenda for the continent. If implemented, the US could reassert its historical leadership among a group of countries that share its fundamental values, as well as an interest in inclusive economic growth and rising living standards.

  4. Startup office Mladlen Antonov/Getty Images

    How Best to Promote Research and Development

    Clearly, there is something appealing about a start-up-based innovation strategy: it feels democratic, accessible, and so California. But it is definitely not the only way to boost research and development, or even the main way, and it is certainly not the way most major innovations in the US came about during the twentieth century.

  5. Trump Trade speech Bill Pugliano/Getty Images .

    Preparing for the Trump Trade Wars

    In the first 11 months of his presidency, Donald Trump has failed to back up his words – or tweets – with action on a variety of fronts. But the rest of the world's governments, and particularly those in Asia and Europe, would be mistaken to assume that he won't follow through on his promised "America First" trade agenda.