buruma175_BERTHA WANGAFP via Getty Images_appledailyhongkong Bertha Wang/AFP via Getty Images

La mort de la liberté d’expression à Hong Kong

NEW YORK – Le journal hongkongais Apple Daily a été contraint de fermer. Le jour de sa dernière parution, de longues files d’attentes étaient présentes pour l’achat d’un dernier exemplaire ; un million de journaux ont été imprimés. Le journal était voué à disparaître depuis l’an dernier, lorsque le gouvernement communiste chinois a imposé une sévère loi de sécurité nationale à Hong Kong. Les bureaux de la rédaction ont été investis par la police, ses journalistes violemment menacés, et ses actifs gelés. Les salaires ne pouvaient plus être versés. Les rédacteurs principaux et chroniqueurs ont été appréhendés par les forces de l’ordre.

Il était reproché au journal de s’être rendu coupable d’un crime de « collusion avec des puissances étrangères » ou, comme l’a formulé l’ancien chef de l’exécutif de Hong Kong C. Y. Leung, de « collusion auprès de salopards d’étrangers ». En réalité, son crime réside dans ses contenus hautement critiques à l’égard du Parti communiste chinois, du gouvernement de Hong Kong, ainsi que des barons locaux et politiciens corrompus, depuis la création du journal par Jimmy Lai en 1995.

Lai est lui-même incarcéré depuis près d’un an, accusé de fraude, de collusion avec des puissances étrangères, et d’avoir participé à des manifestations illégales. Il pourrait en théorie rester emprisonné à vie.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

or

Register for FREE to access two premium articles per month.

Register

https://prosyn.org/5CfpI87fr