Mort à Lhassa

PRAGUE – Le 8 avril, le tribunal populaire intermédiaire de Lhassa a condamné à mort deux Tibétains, Lobsang Gyaltsen et Loyak, accusés d'avoir incendié volontairement des magasins appartenant à des Chinois, actes ayant entraîné la mort. Le même tribunal a condamné à la même peine mais avec sursis deux autres militants tibétains, Tenzin Phuntsok et Kangtsuk, et il a infligé une peine de prison à perpétuité à un troisième accusé, Dawa Sangpo.

Ce sont les premières peines de mort prononcées par des tribunaux chinois à des participants aux manifestations qui ont eu lieu à Lhassa et dans d'autres villes tibétaines au printemps 2008. Ces procès ayant eu lieu à l'abri des regards du monde extérieur, sans observateur impartial ou journaliste étranger, on peut douter fortement que les accusés aient bénéficié d'un procès équitable, conforme aux normes internationales.

Aussi, nous demandons aux autorités de la République populaire de Chine de revenir sur la décision d'exécuter ces manifestants et de les rejuger dans un cadre qui se rapproche des normes internationales que la Chine dit reconnaître, en commençant en priorité par ouvrir le procès aux observateurs internationaux.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/NE8Ua8J/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.