12

L’Europe a-t-elle besoin de la Grande Bretagne ?

NEW YORK – Ils sont nombreux en Grande Bretagne à estimer que leur pays peut très bien se porter sans l’Union Européenne. Les membres du Parti britannique Independence estiment même que la Grande Bretagne s’en sortirait mieux, comme le pense aussi un nombre considérable « d’euro-sceptiques » conservateurs. Ils voient la Grande Bretagne comme une espèce de Singapour de l’Occident, une centrale commerciale dirigée depuis la ville de Londres.

C’est pourquoi le Premier ministre David Cameron s’est senti obligé de proposer un referendum au peuple britannique, pour répondre à une simple question : rester ou partir. Personnellement, Cameron ne veut pas voir la Grande Bretagne quitter l’UE, mais il sait qu’il faut aux futurs gouvernements britanniques un consentement démocratique sur cette question.

La date fixée pour ce referendum, 2017, est suffisamment éloignée. Bien des choses peuvent changer d’ici là. Si la zone euro se renforce, ce que font les pays en dehors de la zone pourrait ne plus avoir autant d’importance. En outre, d’autres Européens pourraient finir par rejoindre Cameron sur le fait qu’une union politique toujours plus renforcée en Europe n’est pas souhaitable – si bien sûr on leur laisse le choix, ce qui n’est pas du tout certain.

Dans le même temps, une autre question s’impose : combien d’Européens veulent que la Grande Bretagne reste dans l’UE ? La réponse dépend en partie de la nationalité. Les pays plus petits du nord, comme les Pays Bas, ont toujours voulu que la Grande Bretagne soit de la partie. Sans la Grande Bretagne, ils seraient malmenés par la France, et plus encore par l’Allemagne. Et pourtant, alors que s’estompent les souvenirs de la deuxième guerre mondiale, de plus en plus de Hollandais et de Scandinaves sont contents de se retrouver sous les ailes puissantes de l’Allemagne.