0

Le Darfour dans les ténèbres

La situation au Darfour est l'exemple le plus récent d'un problème international récurrent, mis en lumière il y a dix ans au Rwanda. Que doit faire la communauté internationale lorsqu'un grand nombre de personnes sont victimes de violences au sein de leur propre pays ?

Le Darfour est une région de l'ouest du Soudan, peuplée de musulmans arabes et africains. Le conflit a éclaté au début de l'année 2003, quand des rebelles du Mouvement de libération du Soudan ont attaqué des troupes gouvernementales, pour obtenir davantage d'autonomie et de ressources pour leur région. L'aviation soudanaise et les milices janjawid appuyées par le gouvernement ont alors riposté non seulement contre les rebelles armés, mais aussi contre des civils accusés de les soutenir. Des villages ont été vidés, des femmes violées, des hommes non arabes assassinés.

On peut s'interroger sur les origines de cette crise, mais pas sur ses conséquences : 50 000 hommes, femmes et enfants ont perdu la vie, et 1,5 million de personnes ont été chassées de leurs foyers. On peut parler de génocide, un mot utilisé par le gouvernement américain mais peu d'autres pour décrire ce qui se passe au Darfour.

Pendant ce temps-là, les chefs d'Etat se demandent s'il faut faire quelque chose, et quoi. La résolution 1564 du Conseil de Sécurité des Nations Unies, adoptée le 18 septembre 2004, critique surtout le gouvernement soudanais. L'Onu n'est pas encore prête à agir. La résolution brandit la menace de sanctions à l'égard des dirigeants soudanais ou du secteur pétrolier, mais ne prévoit pour le moment aucune mesure.