Skip to main content

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated Cookie policy, Privacy policy and Terms & Conditions

buruma154_Getty_Images Chip Somodevilla/Alex Wong/Getty Images

Le patriote contre le président

NEW YORK – Nous venons d’assister à un spectacle saisissant : le lieutenant-colonel Alexander Vindman, officier militaire des États-Unis, en uniforme, décoré de la Purple Heart, témoignant devant la Commission du renseignement de la Chambre dans le cadre des auditions de destitution, le 19 novembre. Pleinement conscient que son témoignage risquait de mettre un terme à sa carrière militaire, Vindman a pourtant estimé qu’il était de son devoir d’exprimer ses inquiétudes quant à la possible tentative du président Donald Trump de mise à mal des intérêts nationaux américains pour son propre avantage politique.

Tous les grands médias américains ont très largement abordé – souvent de manière partisane – les informations relatives aux efforts fournis pendant plusieurs mois par Trump pour persuader le président ukrainien Volodymyr Zelensky d’ouvrir une enquête judiciaire contre le rival politique du président américain, Joe Biden, ainsi que contre son fils Hunter, et ont également décrit l’impact de cette démarche sur la politique américaine dans la région. Ce qu’il y a en revanche d’extraordinaire dans le témoignage de Vindman, ce sont les réactions autour de l’expression patriotique qui est la sienne. « Dans ma jeunesse », a-t-il expliqué à la Commission, « j’ai décidé que je voulais consacrer mon existence au service de cette nation qui a offert à ma famille un refuge loin de l’oppression autoritariste. C’est pour moi un honneur de représenter et de protéger ce formidable pays depuis vingt ans ».

Cette apparition aurait dû faire de Vindman une figure emblématique des Républicains, qui invoquent fréquemment leur amour pour le pays, et qui n’ont de cesse de vanter les valeurs militaires. L’homme porte encore dans sa chaire des éclats d’obus depuis ses combats en Irak. Or, ce sont bien les Républicains qui l’ont insulté, en jetant le doute sur sa loyauté. Vindman est né en Ukraine, de parents juifs, et il est arrivé aux États-Unis avec son père et ses frères lorsqu’il n’avait que trois ans. L’avocat des Républicains a néanmoins insinué que Vindman était susceptible d’éprouver une loyauté particulière envers l’Ukraine. Vindman a même dû reprendre le président de la Commission, le Républicain Devin Nunes, lorsque celui-ci ne l’a pas appelé par son grade militaire, de même que Fox News insinue avec cynisme que Vindman serait un agent double.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

Get unlimited access to PS premium content, including in-depth commentaries, book reviews, exclusive interviews, On Point, the Big Picture, the PS Archive, and our annual year-ahead magazine.

https://prosyn.org/T2RBqzJfr;

Edit Newsletter Preferences